in ,

WhatsApp conteste l’amende de 225 millions d’euros

WhatsApp conteste l’amende de 225 millions d’euros

WhatsApp fait appel à la décision des CNIL Européennes le condamnant à payer une amende de 225 millions d’euros. Il porte l’affaire devant la CJUE. Accusé par la Data Protection Commission d’avoir violé le RGPD, le réseau social sectionné en payant une amende de 50 millions d’euros. Les CNIL européennes ont exigé une revue à la hausse de cette sanction et semblent obtenir gain de cause.

Une utilisation illégale des données personnelles ?

Un recours vient d’être déposé devant la Cour de Justice de l’Union européenne par WhatsApp pour contrer la décision prise par le Comité européen de la protection des données (EDPB). La filiale de l’ex-Facebook ne semble pas être d’accord avec cette décision et décidée d’en faire appel. En guise de rappel, la Data Protection Commission a été missionnée par l’EDPB de réviser la valeur de l’amende infligé à WhatsApp. Encadrée par l’article 65 du Règlement général sur la protection des données (RGPD), ce sera la première fois que cette procédure a été mise en cause. Selon le comité européen, il faut intégrer les chiffres d’affaires de la société mère dans l’évaluation de l’amande.

À lire aussi  Ce qu’il faut savoir sur la sécurisation des conversations Whatsapp

Whatsapp continue de multiplier les recours

Après s’être attaqué à la décision de l’autorité irlandaise, le réseau social s’attaque également à celle de l’EDPB. Au cœur des litiges, le partage d’informations Meta (l’ex-Facebook et WhatsApp. À ce qu’il parait, il y a eu quatre violations du RGPD contraignant le DPC à conclure que les données des utilisateurs ne sont pas utilisées de manière transparente et loyale. Aucune information n’a été en effet publiée sur la collecte, le stockage et le transfert des données des tiers.

Le RGPD : une application assez complexe

Les procédures ne font que commencer et WhatsApp évoque la mise en application assez complexe du RGPD. Ces difficultés sont surtout dues aux tensions qui subsistent entre les autorités. La DPC vit en effet sous les masses de critiques des grandes entreprises technologiques. Celles-ci l’accusent d’être inactive alors qu’elle devrait être la référence.

À lire aussi  WhatsApp peut-il être maintenant utilisé sans smartphone ?

Écrit par Emilie Fugère

Passionnée par le digital et les nouvelles technologies, j'utilise mon expertise pour rédiger de nombreux articles sur l’ensemble des domaines abordés sur linstant-interview.com. Je me spécialise dans la rédaction d’articles liés aux sujets du business et nouvelles technologies (IA, Métaverse, Industrie 4.0), mais ne manque pas de m’intéresser à la finance avec pour sujet de prédilection les cryptomonnaies.

Diplômée et major de promotion de l’École de Journalisme de Grenoble, je veille à entretenir mes propres outils de veille pour être une véritable contributrice au sein de la rédaction de linstant-interview.com.

Enfin, je suis une grande consommatrice d’articles et d’ouvrages traitant de ces sujets afin de me tenir à jour et de partager avec précision les actualités autour de ces thématiques.

siege auto bébé dangereux

Les sièges auto pour enfant sont ils dangereux ?

WhatsApp peut-il être maintenant utilisé sans smartphone

WhatsApp peut-il être maintenant utilisé sans smartphone ?