in

Une encre vivante pour l’impression 3D : une nouvelle création

La technologie apporte une grande aide sur tous les secteurs d’activités. L’impression 3D est une technologie assez récente, son objectif est d’aider les entreprises dans leurs activités. D’ailleurs, les chercheurs de l’Université Harvard ont mis en place un type d’encre dédié à cette impression.

Un produit à base de bactéries

Les nombreux essais ont permis aux scientifiques d’obtenir des résultats exceptionnels avec cette nouvelle encre. Ce sont des bactéries « la bio-ingénierie ou bio-impression », qui ont permis d’obtenir des résultats surprenants. C’est une méthode efficace pour créer divers types de fibres ou des matériaux animés avant de les joindre à l’encre.

Quelques aboutissements ont été mis à disposition des scientifiques. L’un d’eux a pu aboutir à un traitement anticancéreux. Quant à l’autre, il peut piéger le « bisphénol A » sans l’intervention d’autres produits chimiques. Le bisphémole A est un extrait de produit chimique très polluant.

L’encre possède la faculté de reprendre vie et de se répliquer elle-même en ayant recours aux bactéries adéquates. En outre, elle s’avère être très utile dans le domaine médical, de la construction ainsi que la technologie, mais plus particulièrement extra-terrestre. Les constructions sur la Lune ou les autres planètes nécessitent la disposition de certains outils. À l’aide de cette solution, les outils peuvent se produire eux-mêmes.

L’objectif est de dépasser les capacités de l’impression 3D

C’est un secteur qui a la possibilité de fabriquer des produits technologiques révolutionnaires, il a la capacité d’offrir aux consommateurs un produit très bénéfique. En plus, il va aider à effectuer de nombreuses tâches en même temps, tel que la création d’un « steak artificiel ».

À travers un communiqué, un groupe de personnes qui a mené des recherches a expliqué la façon dont ils sont parvenus à développer une « encre microbienne ». Elle a une forme gélatineuse ainsi que des caractéristiques très impressionnantes.

Pour surpasser la qualité de l’impression sur le marché, l’encre sera composée de cellules microbiennes transgéniques. Ce qui la rend si impressionnante est sa capacité à s’autoregrouper en croissance, mais aussi sa structure monomères protéiques à base nanofibres. D’ailleurs, les hydrogels extrudables se sont composés pour former les réseaux de nanofibres.

L’action va commencer par la fabrication des nanofibres vivantes, que l’on nomme bio-ingénierie des bactéries. Les chercheurs n’ont pas hésité à mélanger le produit avec des suppléments afin de donner au gel un accès dans les imprimantes 3D personnalisées une « encre microbienne ». Elle a une forme gélatineuse ainsi que des caractéristiques très impressionnantes.

Cette encre est formée de « cellules microbiennes » transgéniques afin de surpasser la capacité de l’impression actuelle. Elle peut réaliser un autoregroupement augmenté et structuré de « monomères protéiques en nanofibres ». D’ailleurs, les hydrogels extrudables se sont composés pour former les réseaux de nanofibres.

L’action va commencer par « la bio-ingénierie des bactéries », il s’agit d’une méthode de fabrication des nanofibres vivantes. Les chercheurs n’ont pas hésité à mélanger le produit avec des suppléments afin de donner au gel un accès dans les imprimantes 3D personnalisées.

Aux USA, une enquête est ouverte à propos des panneaux solaires de l’entreprise Tesla

Byte Dance lance une série d’offres de services cloud via Volcano Engine