in

Pourquoi remplacer sa cheminée par un poêle à bois ?

Les problématiques environnementales sont au cœur de toutes les questions économiques et politiques. Une situation qui pousse de nombreux ménages écoresponsables à réfléchir à des moyens plus respectueux d’interagir avec la planète afin de mieux la préserver. Dans ce contexte, le poêle à bois apparaît comme une manière plus écologique de chauffer sa maison.

Cet équipement permet d’obtenir un rendement sûr et efficace en matière de chauffage, sans rien enlever au plaisir d’admirer un feu de cheminée. En France, le poêle à bois connaît un essor remarquable depuis quelques années. Outre la nécessité de prévenir une crise écologique, cet engouement s’explique par les différentes aides proposées par le gouvernement pour encourager l’utilisation des énergies renouvelables.

Envisagez-vous de remplacer votre cheminée par un poêle à bois ? Pour cela, vous devez d’abord bien choisir votre équipement et surtout connaître les astuces essentielles qu’il faut pour l’entretenir. Ce dossier vous livre l’essentiel à savoir pour faciliter votre transition.

Comment choisir un poêle à bois ?

Alliant économie et performance énergétique, le poêle à bois est un dispositif de chauffage qui offre de nombreuses possibilités en termes de choix. Selon vos besoins, divers paramètres sont à prendre en compte au moment de le choisir.

L’utilisation que vous souhaitez en faire : chauffage d’appoint ou principal

Pour bien choisir votre équipement, tâchez de définir clairement l’usage pour lequel celui-ci servira.

Si vous comptez l’utiliser comme chauffage principal, il est préférable d’opter pour un modèle turbo ou pour un autre à double combustion. Ces modèles sont économiques et favorisent une montée de température rapide. Par ailleurs, ils permettent d’adapter la combustion du foyer de chauffage aux besoins de son utilisateur.

Si par contre vous comptez vous servir de votre poêle comme chauffage d’appoint, tournez-vous vers les modèles à bûches. Ils permettent de chauffer rapidement une pièce et sont plus adaptés pour un usage ponctuel.

Le besoin en chauffage : choisir une puissance de chauffe adéquate

La puissance de chauffe est un autre critère à prendre en compte dans le choix de votre poêle à bois. Pour une question d’efficacité, celle-ci doit être adaptée à la superficie de la pièce que l’équipement doit chauffer. L’échelle de puissance de ce dernier doit être définie en tenant compte de trois paramètres, lesquels sont : l’isolation du logement, la surface à chauffer et la norme thermique de votre logement.

Selon les experts, il faut prévoir 100 W/m² (soit 0,4 kW/m3) si votre habitation est conçue suivant la norme RT2005. Pour cela, le logement doit avoir une hauteur sous plafond égale à 2,5 mètres et être convenablement isolé. Si par contre la maison est normée RT2012 avec une hauteur de plafond toujours égal à 2,5 mètres, une puissance de chauffe de 60 W/m² (soit 0,24 kW/m3) sera largement suffisante.

Les autres critères à considérer : les performances, dimensions et l’autonomie

Le choix de votre poêle à bois doit également se faire en fonction de ses performances énergétiques. À ce niveau, c’est le label « flamme verte » qui permet de qualifier les appareils. Ainsi, pour qu’un poêle à bois soit éligible à ce label, celui-ci doit afficher un rendement de 70 % au minimum. Notez que plus votre dispositif présentera un rendement élevé, moins il consommera.

Les dimensions de votre poêle à bois seront également déterminantes dans votre choix. Il sera naturel d’opter pour un appareil de grande taille si l’espace à chauffer dispose d’une grande superficie. Notez cependant que de la taille de votre équipement est à son autonomie.

Quelles sont les normes des conduits de cheminée pour poêle à bois ?

L’installation de votre poêle, donc de ses conduits d’évacuation de fumées doit répondre à certaines normes. Celles-ci sont unifiées dans un document technique appelé la NF DTU 24.1. Sans l’observation de ces règles, votre assureur peut refuser de vous indemniser en cas de sinistre.

L’opération doit obligatoirement être menée par un fumiste. Celle-ci dépendra forcément de la configuration de votre intérieur et du type d’appareil acheté. Avant l’installation, assurez-vous que votre plancher, de préférence incombustible, puisse supporter le poids du dispositif (poêle et conduits). Ce dernier doit être éloigné du mur (30 à 45 cm). Une distance d’un (01) mètre au moins doit également être observée entre le poêle et vos meubles.

En ce qui concerne le diamètre des conduits, celui du raccordement doit impérativement être supérieur ou égal à la buse d’évacuation de fumée située au sommet du poêle. Il doit par ailleurs être positionné à une distance équivalant à trois diamètres du mur.

La paroi externe du conduit de fumée qui est normalement connectée à celle du raccordement doit respecter une distance sécuritaire de 16 cm par rapport à tout matériel inflammable. S’il s’agit de paroi double isolée, toutes ces distances peuvent être réduites de moitié.

Concernant le conduit à disposer au niveau du toit, celui-ci doit être mis à au moins 40 cm du faîtage de votre toiture. Pensez par ailleurs à prévoir un couvercle pare-pluie adapté à poser sur le tube de sortie de fumée.

Combien coûte un poêle à bois ?

Le coût d’un poêle à bois dépend de différents paramètres. Il s’agit notamment de sa taille, du modèle, des matériaux de fabrication, du combustible utilisé et de son rendement. Selon la moyenne nationale, ce prix se situe entre 1000 et 7000 euros.

Toutefois, les modèles haut de gamme peuvent coûter bien plus cher. Il convient de préciser que tous ces montants évoqués n’incluent pas les frais d’aménagement. Selon vos revenus, vous pouvez bénéficier d’aides financières comme la prime CEE ou MaPrimeRénov pour l’achat et l’installation de votre poêle à bois.

Comment allumer un poêle à bois ?

Il existe diverses méthodes pour allumer son poêle à bois. Quelle que soit celle utilisée, gardez seulement à l’esprit que cela nécessite de l'oxygène et un combustible pour fonctionner. L’explication sera donnée en se basant sur un modèle à bûches.

Pour l’allumer, commencez par vous assurer que vos bois de chauffage sont bien secs (le taux d’humidité doit être inférieur à 20 %). Disposez ensuite au moins deux bûches de taille moyenne dans le foyer en les espaçant afin de laisser circuler l’air.

Placez de nouveau deux morceaux de bois plus petits au-dessus des précédents puis deux autres encore plus petits de sorte à former une sorte de pyramide. Prenez toujours le soin de laisser un petit espace favorable à la circulation de l’air.

Au sommet de votre pyramide, disposez deux cubes allume-feu, puis quelques petites pièces de bois par-dessus le tout, de sorte à approcher la buse d’arrivée d’air. Ajoutez-y un ou deux autres cubes d’allume-feu puis enflammer ces derniers.

Pour vous assurer que le feu a pris, laissez la porte de votre poêle à bois ouverte. Une fois que c’est le cas, fermez ladite porte et réglez le contrôleur d’admission d’air sur « efficacité nominale ». Cette méthode est appelée la technique d’allumage par le haut.

Que mettre derrière un poêle à bois ?

Le poêle à bois est un équipement de chauffage dégageant une forte chaleur, laquelle peut abîmer la structure du mur derrière ou détériorer votre peinture. Pour prévenir tout risque de dégradation, fissure notamment, et/ou d’incendie, il est bon d’observer les distances sécuritaires recommandées par la NF DTU 24.1.

Vous pouvez en outre prévoir un isolant thermique tel qu’un panneau ou écran anti-rayonnement. La grande résistance thermique de ce type de matériel limite l’impact de la chaleur sur le mur en question.

Par ailleurs, il est possible d’aménager un mur spécial, résistant aux températures extrêmes derrière cet équipement. Une cloison en béton cellulaire, des briques réfractaires ou une surface de plâtre ignifuge sont autant de solutions envisageables.

Comment nettoyer la vitre d’un poêle à bois ?

En raison de la fumée, la vitre du poêle à bois peut assez vite se salir ou se retrouver noircie. Pour la nettoyer, vous pouvez utiliser comme nettoyant principal, du vinaigre blanc. Imbibez-en une éponge douce pour éviter les rayures et passez-la sur la vitre pour la débarrasser de tout élément encombrant.

Essuyez ensuite avec une serviette propre, de préférence un chiffon en microfibres. À défaut, servez-vous d’un essuie-tout en papier. Durant cette phase de nettoyage, évitez tout produit abrasif qui pourrait user les joints du poêle à bois.

Écrit par Lea Pedretti

Noko : le vélo électrique ultraléger

Bois de chauffage : comment choisir et combien ça côute ?