in

Isère. Condamnés pour harcèlement, ils avaient divulgué l’adresse de leur victime sur Internet

En région Auvergne-Rhône-Alpes, les faits divers relatent la condamnation de cinq hommes, ce jeudi 3 mars 2022, à des peines avec sursis pour avoir harcelé en ligne un habitant de Saint-Chamond, dans le département de la Loire. La victime était d’origine arménienne tandis que ses bourreaux étaient d’origine turque. Ces derniers furent donc punis pour incitation à la haine, à la violence et à la discrimination raciale.

Les raisons ayant motivé les harceleurs

C’est au tribunal de Saint-Etienne, dans le département de la Loire, que les cinq hommes furent jugés. Ils étaient accusés de provocation publique à la haine ou à la violence en raison de l’origine d’un tiers sur Internet. En effet, la victime, originaire d’Arménie, avait participé à une manifestation pro-arménienne qui prit place le 28 octobre 2020, au péage de Reventin à Vienne. Un attroupement qui se termina par des affrontements entre les communautés arméniennes et turques.

À lire aussi  Passionné de vélos, il devient réparateur ambulant dans le Châtillonnais

L’homme harcelé était donc présent ce jour-là et avait pris des photos et vidéos qu’il avait ensuite partagées dans un groupe privé sur Internet. Chose qui n’a pas plu à ses agresseurs qui, eux, étaient originaires de Turquie. Dès lors, ces derniers commencèrent à le harceler, arguant qu’il était responsable d’avoir causé des blessures à des hommes de la communauté turque au cours de cette manifestation.

Des actes de haine et d’intolérance

Sur Internet, la victime avait subi des harcèlements, des insultes voire des menaces de la part de ces cinq hommes. Ces derniers ont publié des photos de leur souffre-douleur dans des groupes Facebook de la communauté turque, ainsi que son adresse et des photos de l’immeuble où il habitait. L’un des harceleurs avait même proposé une rançon de 1.000 euros à la personne qui le retrouverait, tandis qu’un autre avait peint le drapeau turc sur la porte d’entrée de la victime, sans doute pour lui faire peur.

À lire aussi  En Isère, le covid a nettement reculé, mais reste bien présent

Ce fait divers régional aboutit finalement à la condamnation de ces cinq harceleurs à des peines allant de deux à quatre mois de prison avec sursis.

Écrit par Emilie Fugère

Passionnée par le digital et les nouvelles technologies, j'utilise mon expertise pour rédiger de nombreux articles sur l’ensemble des domaines abordés sur linstant-interview.com. Je me spécialise dans la rédaction d’articles liés aux sujets du business et nouvelles technologies (IA, Métaverse, Industrie 4.0), mais ne manque pas de m’intéresser à la finance avec pour sujet de prédilection les cryptomonnaies.

Diplômée et major de promotion de l’École de Journalisme de Grenoble, je veille à entretenir mes propres outils de veille pour être une véritable contributrice au sein de la rédaction de linstant-interview.com.

Enfin, je suis une grande consommatrice d’articles et d’ouvrages traitant de ces sujets afin de me tenir à jour et de partager avec précision les actualités autour de ces thématiques.

En Isère, le covid a nettement reculé, mais reste bien présent

Les boites lyonnaises révisent leur copie sur le front russe