in

Immobilier au Pays basque : elle ne quittera pas sa location de juin à septembre à Angelet, car c’est son droit

Au Pays basque, de nombreux locataires font face à des propriétaires aux pratiques peu honnêtes qui veulent les obliger à quitter leur logement l’été pour pouvoir se faire plus d’argent. Face à cela, les locataires désabusés sont totalement déboussolés et ne pensent qu’à une chose : se trouver rapidement un logement de secours. Parallèlement à cette situation, il existe l’association Alda, un collectif qui s’est fixé pour but justement de soutenir ces locataires victimes de bails frauduleux.

Victime d’un bail frauduleux : le cas d’Estitxu

Estitxu est une jeune infirmière de 26 ans qui vit depuis deux ans dans un meublé à Anglet. Ayant contracté un bail étudiant sans le savoir, le propriétaire du logement lui somme de quitter les lieux pour l’été car il souhaiterait louer le petit duplex qu’elle occupait aux touristes. L’été dernier, suivant ce qui était indiqué dans le contrat de location, elle avait quitté le logement au 15 juin 2021, mais cette année-ci, grâce au soutien de l’association Alda elle a pu faire valoir ses droits et découvrir qu’elle était en fait victime d’un bail frauduleux. En effet, elle a paraphé un bail étudiant sans le savoir alors qu’elle est salariée. Les actualités au Pays basque recensent de nombreux cas comme celui-ci, mais heureusement que l’association Alda est là pour soutenir les victimes.

À lire aussi  La demande de drapeaux ukrainiens explose chez un fabriquant de la Drôme

L’association Alda, un collectif qui défend le droit au logement

Concernant les bails frauduleux, Txetx Etcheverry, porte-parole d’Alda pointe du doigt le fait que certains propriétaires violent la loi sans scrupule en croyant qu’ils peuvent faire comme bon leur semble avec la crise du logement. Par conséquent, c’est justement en réaction contre ce genre de pratiques malhonnêtes qu’œuvre le collectif Alda. Estitxu qui a d’ailleurs partagé son expérience sur Facebook pour informer les personnes vivant la même situation qu’elle, confirme sa gratitude d’avoir rencontré cette association. Elle met en exergue le fait que son dossier a été pris en charge par Alda et cela des premiers conseils aux démarches administratives.

Écrit par Emilie Fugère

Le BSA Air : la clé pour une levée de fonds éclair

Fort rebond de l’immobilier tertiaire en 2021