in

Data Legal Drive apporte sa contribution à la lutte contre la corruption

La corruption prend de plus en plus de place auprès des entreprises. Désormais, cette lutte sera plus accessible grâce à un logiciel élaboré par Data Legal Drive en coopération avec un cabinet spécialisé en droit pénal des affaires. Ce projet a pour principal but de répondre aux besoins portant sur la conformité anticorruption.  

À quoi va servir ce logiciel ?

Digitalisation du processus de conformité

Une fois la barre des 50 employés, l’entreprise doit absolument avoir un outil permettant d’alerter en cas d’intrusion dans les données propres à l’entreprise. C’est pour répondre à ce besoin que Data Légal Drive et VIGO ont créé ce logiciel. Selon l’avocate Marie Perrault, « les clients sont demandeurs de solutions digitales, car la conformité s’étend de plus en plus ».

Tous les obligations exigées par la loi, « Sapin 2 », seront automatique appliqué à l’aide de ce logiciel

Soustraction des risques pénaux

À l’aide de ce logiciel, les entreprises peuvent démontrer leur conformité. Un détail qui est très important, car sans cela l’entreprise peut faire l’objet d’une sanction par l’Agence Française Anti-corruption. Ce n’est pas tout, le suivi de l’évolution sur l’avancée du mécanisme anticorruption peut également se faire via ce logiciel.

Cette plateforme est avant tout destinée aux « compliance officer ». C’est celui qui veille au respect des réglementations existantes.

Ce logiciel est aussi adressé à tous les organismes qui n’ont pas encore un système de conformité. De plus, les entreprises vont gagner en temps grâce à ce logiciel, et ce même si l’on ignore précisément combien.

Ce logiciel fera gagner un temps précieux à ses utilisateurs. Néanmoins, « il est impossible de dire le temps qu’il permettra d’économiser précisément » déclare Sylvain Staub, le fondateur de Data Legal Drive.

Le premier test prévu pour les 3 premiers mois de 2022

Près de cinquante entreprises vont participer aux tests de lancement de ce nouveau logiciel début 2022. Les tests dureront 3 mois et sont ouverts à toutes les entreprises, clients ou pas des créateurs. Pour ce qui est du prix, les co-créateurs du logiciel ont tenu à garder cette information confidentielle, du moins jusqu’à ce jour. Ils indiquent, cependant, que ce tarif sera établi sur la base de « la taille de l’entreprise et du nombre d’entités ». 

Microsoft dévoile une nouvelle vision de la cybersécurité

Nouveau campus dédié aux métiers du digital inauguré à Toulouse